MENU

Les jeunes experts de la remontée: Le Storm a été imbattable le dos au mur

 

Peu importe les obstacles que le Storm de Guelph devra affronter à Halifax, il est difficile d’imaginer qu’ils seront plus gros que ceux qu’ils ont affrontés pour obtenir leur billet pour la Coupe Memorial, présentée par Kia.

Les champions de la Ligue de l’Ontario ont effacé un déficit 3-1 dans leur série contre les Knights de London, puis des reculs de deux matchs contre le Spirit de Saginaw (deux fois) et les 67’s d’Ottawa (une fois) pour remporter la coupe J. Ross Robertson.

« Eh bien, ça aide certainement, a admis le directeur général et entraîneur George Burnett à savoir si le fait d’avoir eu le dos au mur à de multiples reprises aidera son équipe la prochaine fois que cette situation se présentera. On trouve simplement la manière de le faire. »

Les retours du Storm témoignent de la composition du groupe et du niveau de confiance qui sont uniques parmi les équipes championnes. Les joueurs et les entraîneurs du Storm ont parlé de la fierté qu’il y a dans leur groupe et leur confiance en soi de ne pas laisser les probabilités qui semblent impossibles leur barrer la route. Mais il y a aussi leur talent. La formation du club de Guelph pourrait faire rougir l’observateur le plus cynique.

Commençons par Nick Suzuki. L’espoir des Canadiens de Montréal a offert l’une des performances individuelles les plus spectaculaires des séries de la Ligue de l’Ontario des dernières années. Le super effort individuel de Suzuki dans le sixième match de la finale de l’Association Ouest contre le Spirit sera dans les faits saillants de l’année dans six mois. C’était aussi probablement le tournant d’une série âprement disputée face au Spirit.

Suzuki pilote un trio qui compte aussi sur Isaac Ratcliffe et MacKenzie Entwistle. Avec Suzuki menant la barque, ce trio a remis le Storm dans la série de Championnat Rogers alors qu’il tirait de l’arrière 2 à 0 dans la série.  Les ailiers géants – Ratcliffe fait 6-pieds-6 et Entwistle 6-pieds-3 – sont les exemples les plus éminents d’une autre caractéristique du Storm : la grandeur.

Plusieurs joueurs du Storm, autant à l’avant qu’en défense, mesurent bien plus de 6 pieds. Peu importe la tendance marquée au hockey au cours des récentes années envers le talent sans égard à la stature, quand une équipe possède les deux, comme c’est le cas de Guelph, c’est une tâche colossale à surmonter. Vous n’avez qu’à demander aux Knights, au Spirit et aux 67’s, toutes des équipes de calibre de championnat qui n’ont pu profiter des occasions cruellement serrées d’éliminer le Storm.

Burnett reconnaît les attributs physiques de son équipe et son aptitude à jouer de façon robuste, mais en parle avec précaution quand il en fait l’analyse.

« C’est un avantage si tu joues avec robustesse, nous avons besoin que nos gars jouent de cette façon pour être efficaces », a-t-il dit.

Parmi les autres joueurs à la disposition de Burnett, aucun d’eux n’a été meilleur durant la saison régulière que Nate Schnarr. Contrepoids à Suzuki, qui est un petit format, Schnarr, qui fait 6-pieds-3, a récolté 102 points la saison dernière. Avec des ailiers de bonne stature Keegan Stevenson et Liam Hawel, le deuxième trio du Storm joue des minutes robustes et peut aussi remplir le filet.

« Il y a eu un moment où on n’avait des buts que de la part d’un ou deux joueurs, mais (notre profondeur) a alors enlevé de la pression au trio de Suzuki, Ratcliffe et Entwistle », a dit Burnett.

Au-delà des deux premiers trios à l’attaque, la profondeur du Storm compte sur les joueurs de 20 ans Cedric Ralph et Alexey Toropchenko. Pavel Gogolev, qui est passé de Peterborough à Guelph en décembre, mais qui a été à l’écart du jeu pendant un long moment en raison d’une blessure, a retrouvé son rythme en séries.

En défense, Dmitri Samorukov a été un roc. L’espoir des Oilers d’Edmonton n’est peut-être pas le premier nom auquel on pense parmi les meilleurs défenseurs de la Ligue canadienne de hockey, mais son jeu en deuxième moitié de saison et en séries a prouvé qu’il pourrait peut-être être considéré dans cette catégorie. À savoir, Samorukov était probablement le défenseur par excellence de la Russie au dernier Championnat du monde junior et a déjà eu du temps de glace régulier dans la Ligue américaine pendant son court passage de cinq matchs avec les Condors de Bakersfield après l’élimination du Storm au cours des séries éliminatoires 2018.

Samorukov s’est développé en jouant aux côtés de Sean Durzi. Fedor Gordeev, Owen Lalonde, Markus Phillips et Danill Chayka ont fait le travail à la ligne bleue, une tâche particulièrement difficile pour les défenseurs dont l’équipe a fait face à l’élimination sept fois avant même de se rendre en Finale de championnat Rogers de la Ligue de l’Ontario

Anthony Popovich, avec trois saisons chez le Storm et plus de 130 départs en date du début des séries, est le gardien de but numéro un du Storm.

Maintenant éclipsés par les nombreuses fois où le Storm a évité l’élimination, les changements apportés par Burnett à sa formation en décembre et en janvier ont été validés par un long parcours en séries. Aucun n’est plus important que l’acquisition de Suzuki de l’Attack d’Owen Sound, mais l’ajout d’Entwistle, qui avait remporté le titre de la Ligue de l’Ontario avec les Bulldogs de Hamilton l’an passé, à l’avant et de Durzi et Phillips en défense a joué un rôle critique.

S’il y a des traces d’éraflures, c’est parce que le Storm s’est placé dans de nombreuses positions désespérées. Il faut perdre des matchs pour ensuite pouvoir revenir de l’arrière en séries. Dans chacun des trois cas, le Storm a joué en deçà de ses capacités pour se placer en mauvaise posture. Dans un format aussi abrégé que le tournoi de la Coupe Memorial, où vous n’avez qu’une seule chance face à un adversaire, cela pourrait être inquiétant.

La quête du premier titre de la Coupe Memorial de la concession – le Storm a maintenant remporté la coupe Robertson quatre fois – vient après quelques années de vache maigre qui ont suivi sa défaite en finale en 2014. Ratcliffe dispute sa quatrième saison avec le Storm et n’avait pas gagné de série avant que les siens battent les Rangers de Kitchener au premier tour cette année.

Ratcliffe, bien qu’il admette que d’être là depuis le début rend cette odyssée encore plus spéciale, ne met toutefois pas de temps pour louanger les additions à l’équipe et à quel point ces joueurs ont montré à leurs coéquipiers qui étaient là depuis longtemps ce que ça prend dans les moments difficiles.

« On a emmené des gars qui ont été capitaines et capitaines adjoints et ç’a fait une énorme différence », a-t-il dit.

Il y a 21 ans, le Storm était près de remporter la Coupe Memorial, mais a perdu en prolongation face aux Winter Hawks de Portland dans la finale de 1998. Burnett était alors derrière le banc du Storm. Il se souvient encore avec affection du parcours magique et de ce qu’il ajoute à la façon de voir les choses de sa communauté et lui, ces temps-ci.

« Difficile de croire que ça fait 21 ans », a-t-il admis.

–Peter Robinson est le rédacteur en chef du programme souvenir de la Coupe Memorial

plus de nouvelles
PHOTOS: Storm élimine les Raiders
Il y a 5 heures
PHOTOS: Les buts en retard donnent la victoire aux Huskies
Il y a 5 heures
Suzuki et Ratcliffe du Storm se paient l’élimination des Raiders
Il y a 5 heures
Victoire de Guelph! Analyse de TVA Sports
Il y a 6 heures
Alex Tanguay rencontre les médias à Halifax
Il y a 15 heures
Les Huskies s’échappent en troisième et battent les Raiders 6-3
Il y a 1 jour